Stages 2020

Le clown pisteur - du 2 au 6 mars 2020 - conditions et organisation du jeu
débutant et confirmé - 5 jours - La Station Théâtre à La Mézière (35)
renseignement et inscription : michael.egard@gmail.com


Ce stage propose de (re)traverser les conditions et le chemin qui font le jeu du clown. Où naît-il et dans quelles conditions ? Quel est le carburant ? Les accessoires de conduite ? Les outils de contrôle ? Nous ferons le voyage de A à Z : passer de la conscience de tous-les-jours à la conscience d'acteur, puis à la conscience du clown. Décortiquer la circulation du jeu pour profiter de chaque centimètre du voyage. La technique, paradoxalement, est une garantie du vivant. Elle permet d'être totalement attentif à l'essentiel : l'éloignement ou le contact avec quelque chose de vrai, de libre et de vivant. Cette conscience est l'intuition du clown.
Nous travaillerons à partir d'expériences sensorielles, d'exercices et d'improvisations, dans un rapport non-productif au travail, où le plaisir d'être au plateau prévaudra sur les injonctions du mental.

Le clown, partageur de sensible - du 30 mars au 3 avril 2020 - l’intime et le monumental
expérience de clown souhaitée - 5 jours - La Station Théâtre à La Mézière (35)
renseignement et inscription : michael.egard@gmail.com


« Le clown est une tragédie qui s’est trompée de fin. » M. Dallaire

Le terrain de la tragédie est salutaire pour le clown : il réunit l’intime et le monumental. Cela demande un engagement total. La dérision, le second degré, l’anecdote n’ont pas leur place dans les récits tragiques. Nous n’entrerons pas en tragédie par le texte mais par les corps. Les armes de la tragédie pourront être immédiatement recyclées pour le clown : économie d’espace et d’action, massification (jouer une seule et grande chose), souffle, tension, lisibilité, organisation et circulation du jeu, jeu physique, objectif et conflit, etc…

Dans un deuxième temps nous dessinerons des clowns-créatures, loin du sociétal et du grotesque, avec des maquillages-masques, silhouettes mystérieuses et protéiformes. Ils-elles s’empareront des motifs tragiques avec leurs maladresses, balbutiements, impossibilités. Nous nous entraînerons à traverser les obstacles plutôt qu'à les provoquer. Nous nous autoriserons le décalage, le poétique et le sacrilège. Et serons à l’affût de ce qui fait l’urgence de chacun.
 

Appel à la création générale - du 16 au 20 mars 2020 et du 6 au 10 juillet 2020

(avec Louis Hautefort)
prise en charge AFDAS possible - 5 jours - Théâtre de Poche à Hédé (35)
renseignement et inscription : 09 81 83 97 20 ou mathilde.lejas@theatre-de-poche.com

 

Stage transdisciplinaire ouvert à tous les artistes (du spectacle vivant mais aussi aux auteurs, réalisateurs, dessinateurs, photographes, etc...). Temps de déformation professionnelle, ce stage est une invitation à décloisonner sa pratique, son langage, ses outils, pour élargir ses territoires et découvrir de nouvelles façons d'agencer une écriture (écriture au sens large : le geste de coudre une étoffe, qu'elle soit cinématographique, chorégraphique, poétique, etc...).

 

L'objectif est d'expérimenter des processus de création intuitive : explorer, de l'intime au monumental, les sensibilités des uns et des autres dans un mouvement d'élargissement (intuitif et arborescent), apprivoiser des outils d'agencement et écrire une proposition à partir de la matière première récoltée.

 

Nous utiliserons des techniques d'écriture et de jeu d'acteur-clown. Il n'est absolument pas nécessaire d'être familier avec ces pratiques, bien au contraire ! Le collectif (et son hétérogénéité) est envisagé comme un incubateur de la révélation des sensibilités et de la créativité.